LES EFFORTS DÉSESPÉRÉS POUR SAUVER LE DOS ARGENTÉ NOËL DU GROUPE RUGENDO

Noël, en août 2016, alors qu’il n’avait pas encore atteint la maturité et était encore un ‘dos noir’

Au cours d’une visite aux gorilles des montagnes, de la famille Rugendo, le 14 novembre dernier, les rangers se sont rendu compte que le dos argenté Noël avait l’air complètement amorphe. Pour ceux d’entre vous qui n’ont jamais visité les Rugendo, Noël est réputé pour être particulièrement gentil et espiègle. D’après les pisteurs de gorilles, Noël avait dû tomber d’un arbre quelques jours auparavant, ce qui faisait penser aux rangers qu’il avait une cheville foulée et une déchirure des ligaments. Par mesure de précaution, les rangers appelèrent les Docteurs de gorilles à l’aide pour qu’ils évaluent la situation. Le jour suivant cependant, le dos argenté ne put être localisé. Néanmoins, le 16 novembre, les Docteurs de gorilles Mike Cranfield, Eddy Syaluha, Martin Kabuyaya et André Bauma du Centre Senkwekwe le retrouvèrent. A l’évidence Noël souffrait énormément et se déplaçait lentement.

Le dos argenté Noël avance péniblement au moment où les Docteurs de gorilles le découvre.

Dans un premier temps, ils traitèrent Noël avec une injection de ketoprofène pour soulager sa douleur et réduire l’inflammation. Lorsque les Docteurs revinrent le voir le jour suivant, son état s’était terriblement aggravé. Noël n’avait même pas quitté le nid dans lequel il avait passé la nuit précédente. Le dos argenté n’était plus capable de bouger et se mourait. Noël fut anesthésié sur le champ afin de l’examiner en profondeur. Il ne fallut que quelques minutes aux Docteurs pour déceler une infection endémique dans sa jambe. Craignant que l’infection ne provoque une septicémie, ils lui administrèrent des antibiotiques par voie intraveineuse et tentèrent de le réhydrater. Pendant ce temps, un soigneur du Centre Senkwekwe, Babo Ntakarimaze, rejoignit l’équipe pour pouvoir veiller sur le dos argenté 24 h/24.

Babo Ntakarimaze utilise un flacon pulvérisateur pour accentuer l’effet des injections par intraveineuse.

Le reste de la semaine, Babo récolta dans la forêt de la nourriture pour Noël, fit couler des litres d’eau dans sa bouche et chassa les mouches qui le dérangeaient. Pendant les nuits froides, il garda le dos argenté bien au chaud sous des couvertures et durant les nombreuses averses le protégea de la pluie.

Au cours de cette période, les instants d’espoir et de découragement se succédèrent.  Par moments, il semblait que Noël reprenait des forces mais 6 ou 8 heures plus tard, il semblait à nouveau à l’agonie. Ce scénario perdura pendant plusieurs jours au cours desquels les Docteurs continuèrent de le traiter aux antibiotiques et aux injections contre la déshydratation, la douleur et pour lutter contre son hyperkalémie (excès de potassium) causée par l’infection.

Le 25 novembre, Noël fit une crise et l’espoir s’amenuisa rapidement. Les analyses sanguines de Noël révélèrent un grave dysfonctionnement de ses reins et il commença à manifester des signes de pneumonie.  La journée du 26 fut marquée par un déclin continu de son état de santé, il était à peine conscient. Hélas, malgré les efforts de tous, Noël s’éteignit à 22H30, le lundi 27 novembre.

Noël était un merveilleux gorille et il nous manquera beaucoup. Nos sincères remerciements à tous ceux qui ont fait l’impossible pour le sauver.

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*